CCNT pour le carrelage et la poêlerie-fumisterie pour toute la Suisse à l’exception de FR, BS, BL, VD, VS, NE, GE, TI, JU

Vertragsdaten
Gesamtarbeitsvertrag: ab 01.01.2021
Allgemeinverbindlicherklärung: ab 01.01.2021 bis 31.12.2021
Letzte Änderungen
Prolongation de la déclaration de force obligatoire (sans modification) jusqu'au 31 décembre 2021
Get As PDF
Lohnkategorien
11196
Catégorie de personnelDescription
Carreleur/poêlier-fumiste ACarreleurs/poêliers-fumistes titulaires d’un certificat fédéral de capacité, d’une formation équivalente de l’UE, ou qui exécutent ce travail de manière indépendante et techniquement correcte, ou exécutent ce travail payé à la tâche
Carreleur/poêlier-fumiste BCarreleurs/poêliers-fumistes qui ne remplissent pas les conditions de la catégorie A ou qui procèdent au nettoyage final selon art. 1.2
Aide-carreleur AFP C1Aides-carreleurs disposant d'une attestation fédérale de formation professionnelle
Travailleur auxiliaire C2Travailleurs auxiliaires dès 18 ans révolus
Employé ayant achevé son apprentissage D (*1)
Employé ayant achevé son apprentissage D1 (*1)Pendant la 1re année après l'obtention du certificat fédéral de capacité (85% du salaire minimum catégorie A)
Employé ayant achevé son apprentissage D2 (*1)Pendant la 2e année après l'obtention du certificat fédéral de capacité (87% du salaire minimum catégorie A)
Employé ayant achevé son apprentissage D3 (*1)Pendant la 3e année après l'obtention du certificat fédéral de capacité (94% du salaire minimum catégorie A)
Travailleur moins performant ETout salaire inférieur au tarif ordinaire versé à des travailleurs moins performants doit être fixé par une convention écrite entre l’employeur et le travailleur en question. Celle-ci n’acquiert sa validité que sur approbation de la Commission professionnelle paritaire régionale (CPPR), qui prend sa décision dans le délai d’un mois sur la base d’une demande écrite et motivée de l’employeur
Stagiaire FSi le stagiaire a 18 ans révolus, il appartient à la catégorie C2. Si le salaire minimum de la catégorie C2 ne peut être versé, cela doit faire l'objet d'un accord écrit entre l'employeur et l'employé concerné. Cet accord n'est exécutoire qu'après approbation par la Commission paritaire professionnelle régionale (CPPR), qui se prononce dans un délai d'un mois sur demande écrite et motivée de l'employeur
(*1) Les salaires mentionnés ci-dessus pour les employés ayant achevé un apprentissage ne sont applicables que dans les entreprises qui forment un ou plusieurs apprentis ou ont formé au moins un apprenti au cours des deux dernières années. Pour les autres entreprises, ces employés sont rémunérés selon la catégorie A

Article 7.1.2
Lohnerhöhung
11196
2020 (déclaré de force obligatoire à partir du 1er avril 2020):
Les salaires effectifs de tous les travailleurs soumis (...) des catégories de salaires A, B, C1, C2, D1, D2 et D3 sont augmentés (...) de CHF 30.-- (...).

Les employeurs qui ont accordé à leurs travailleures/travailleuses depuis le 1er janvier 2020 une augmentation de salaire générale, peuvent en tenir compte dans l'augmentation de salaire selon l'annexe 1 de la convention collective de travail.



Article 7.2; accord salarial 2020; Arrêté étendant le champ d’application: II
13. Monatslohn
11196
13e salaire
Les travailleurs soumis (...) touchent un 13e salaire dans l'année civile concernée.
Si les rapports de travail n'ont pas duré une année civile entière, un droit pro rata temporis existe. Le travailleur qui n’a pas résilié le contrat de travail en bonne et due forme n'a pas droit au 13e salaire. Le travailleur qui a été licencié avec effet immédiat pour de justes motifs n'a pas droit au 13e salaire.

Le 13e salaire correspond à 8,3% du salaire brut annuel moins les charges sociales habituelles. Les suppléments, allocations ou indemnités de quelque sorte que ce soit ainsi que les indemnités pour maladie, accident et service militaire de plus de 4 semaines par année ne sont pas considérés pour le calcul du 13e salaire.

Le 13e salaire doit être payé au plus tard à la fin de décembre. L'employeur et le travailleur peuvent convenir d’un paiement en deux fois (juin et décembre).

Article 7.3
Löhne / Mindestlöhne
11196
Salaires minimaux à partir du 1er juillet 2018 (déclaré de force obligatoire à partir du 1er août 2018):
Catégorie de personnelSalaires minima mensuels
Catégorie ACHF 5'170.--
Catégorie BCHF 4'670.--
Catégorie C1CHF 4'215.--
Catégorie C2CHF 4'215.--
Catégorie D1, 85% de ACHF 4'395.--
Catégorie D2, 87 % de ACHF 4'498.--
Catégorie D3, 94 % de ACHF 4'860.--
Catégorie E Salaire uniquement avec l’approbation de la CPPC
Catégorie F voir art. 7.1.2

Personnes en formationAnnée d'apprentissageSalaires minima mensuels
Carreleur/poêlier-fumiste CFC 1re année d’apprentissage CHF 750.--
Carreleur/poêlier-fumiste CFC 2e année d’apprentissage CHF 900.--
Carreleur/poêlier-fumiste CFC 3e année d’apprentissage CHF 1'200.--
Apprentissage complémentaire carreleur/poêlier-fumiste CFC 2e année d’apprentissage CHF 1'550.--
Apprentissage complémentaire carreleur/poêlier-fumiste CFC 3e année d’apprentissage CHF 2'000.--
Aide-carreleur AFP 1re année d’apprentissage CHF 620.--
Aide-carreleur AFP 2e année d’apprentissage CHF 750.--
Apprentissage raccourci CFC après AFP (attestation) 2e année d’apprentissage CHF 900.--
Apprentissage raccourci CFC après AFP (attestation) 3e année d’apprentissage CHF 1'200.--

Article 7.1; Annexe 1: 1.1
Lohnauszahlung
11196
Le salaire est versé tous les mois par virement en francs suisses avec un décompte détaillé. Des quittances de versements en liquide ne sont pas acceptées comme paiement. Ce décompte doit indiquer la catégorie salariale (art. 7.1.2). Le travailleur est dans l’obligation d’ouvrir un compte-salaire auprès d’une banque/poste avec siège en Suisse et de le faire connaître lorsqu’il entre en fonction.

Article 7.7
Überstunden / Überzeit
11196
Heures supplémentaires
Les heures dites supplémentaires sont des heures de travail ordonnées par l'employeur ou nécessaires dans l'intérêt de l'entreprise et effectuées au-delà des heures de travail hebdomadaires dues, le nombre d’heures de travail hebdomadaire maximum étant de 47 heures.

Temps de travail supplémentaire donnant droit à un supplément salarial
L’on appelle temps supplémentaire les heures effectuées sur ordre ou avec l’accord de l'employeur au-delà du temps de travail maximal de 47 heures.
Le supplément salarial est mentionné et comptabilisé comme supplément en temps (art. 6.1.10).

Suppléments de salaire : 25 % pour le temps supplémentaire (plus de 47 heures par semaine)

Compensation par du temps libre
Les heures supplémentaires et le temps supplémentaire sont en principe compensés par du temps libre.

Dépassement des heures de travail brutes dues dans l'année
Dans le cas où les heures de travail brutes dues dans l’année seraient dépassées à la fin de l’année civile, au maximum 100 heures supplémentaires et 80 heures manquantes peuvent être reportées au compte des heures de travail brutes de l’année suivante. Davantage d’heures supplémentaires doivent être compensées à fin juin de l’année suivante. Davantage d’heures manquantes sont caduques selon art. 6.1.12.

Les heures et le temps supplémentaires de l’année précédente non compensés jusqu’à la fin juin ainsi que les heures et le temps supplémentaires non compensés à la fin des rapports de travail seront payés.
Les heures supplémentaires de l’année précédente (comptabilisées sans supplément) sont payées avec un supplément de 25%. Le temps supplémentaire de l’année précédente (déjà comptabilisé avec le supplément) est payé au tarif normal.

Articles 6.1.5 – 6.1.10
Normalarbeitszeit
11196
AnnéeNombre d’heures de travail brutes dues dans l'annéeJours de travail bruts par anMoyenne d’heures par mois
20202'148.40262179.03

Temps de travail – Principe
L'horaire de travail quotidien normal doit généralement se situer entre 06.00 heures et 20.00 heures. La semaine de travail dure 5 jours, du lundi au vendredi. Le temps de déplacement ne donne pas droit à un supplément de salaire. Le travail du samedi reste l'exception.
Temps de travail hebdomadaire normal est de 41 heures.

Temps de travail hebdomadaire maximal et minimal
Le temps de travail hebdomadaire maximal ne doit pas être supérieur à 47 heures et pas inférieur à 36 heures par semaine.

Contrôle du temps de travail
L'employeur doit tenir le compte détaillé et journalier du temps de travail effectué par chaque employé. Le formulaire mis à disposition par la CPPC ou un autre système équivalent à tous points de vue doit être employé à cet effet. L'employeur a l'obligation de tenir le compte des heures de travail pour chacun de ses employés, en mentionnant la catégorie salariale à laquelle il appartient. Les entreprises qui contreviennent à ces obligations se voient infliger une amende conventionnelle selon l’art. 3.1.5, lettre c de la présente CCNT. A la fin de l’année ou des rapports de travail, le formulaire de contrôle doit être remis au travailleur. Le travailleur a en tout temps le droit de consulter le formulaire de contrôle de son temps de travail. Tous les documents nécessaires à la tenue du compte des heures de travail doivent être conservés pendant cinq ans.

Pauses du matin et de midi
Les pauses du matin et de midi ne sont pas considérées comme du temps de travail.

Articles 6.1.1 – 6.1.4 et 6.1.11; Annexe 1: article 1.3
Kündigungsschutz
11196
À l'échéance du temps d'essai, une résiliation du contrat de travail est exclue alors que le travailleur touche des indemnités journalières de l'assurance-accident obligatoire ou de l'assurance-maladie. La résiliation pour motifs graves reste réservée.


Article 4.2.3
Kündigungsfrist
11196
Année de serviceDélai de congé
Temps d’essai (2 mois)5 jours ouvrables (journellement)
À l’échéance du temps d’essai 1 mois
Dès la 2e année de service 2 mois
Dès la 10e année de service 3 mois

Si l'employeur engage son propre apprenti après l'achèvement de son apprentissage, il n'y a plus de période d'essai.

La résiliation doit être notifiée par écrit pour la fin d'un mois. Si l'employeur engage son propre apprenti après l'achèvement de son apprentissage, les années d'apprentissage sont comptabilisées comme des années de service.

Prolongation des délais de congé
Des délais de congé plus longs peuvent être convenus par accord écrit des deux parties.

Lorsque l'âge AVS est atteint
Le contrat de travail prend fin dès que l’âge donnant droit à la rente AVS est atteint (fin de la 65e année pour les hommes et de la 64e année pour les femmes). Le cas échéant, la poursuite des rapports de travail doit être réglée séparément par écrit.

Article 4
Lernende
11196
Assujettissement CCT :
Les personnes en formation sont soumises aux dispositions de la CCT.

Contribution aux frais d'exécution et contribution professionnelle:
Personnes en formation: CHF 5.--/mois

Vacances
Jeunes jusqu'à la 20e année révolue: 25 jours ouvrables

 
Personnes en formation Année d'apprentissage Salaires minima mensuels
Carreleur/poêlier-fumiste CFC 1re année d’apprentissage CHF 750.--
Carreleur/poêlier-fumiste CFC 2e année d’apprentissage CHF 900.--
Carreleur/poêlier-fumiste CFC 3e année d’apprentissage CHF 1'200.--
Apprentissage complémentaire carreleur/poêlier-fumiste CFC 2e année d’apprentissage CHF 1'550.--
Apprentissage complémentaire carreleur/poêlier-fumiste CFC 3e année d’apprentissage CHF 2'000.--
Aide-carreleur AFP 1re année d’apprentissage CHF 620.--
Aide-carreleur AFP 2e année d’apprentissage CHF 750.--
Apprentissage raccourci CFC après AFP (attestation) 2e année d’apprentissage CHF 900.--
Apprentissage raccourci CFC après AFP (attestation) 3e année d’apprentissage CHF 1'200.--

Articles 6.2, 7.1 et 10; Annexe 1: 1.1; CO 329a+e
Arbeitssicherheit / Gesundheitsschutz
11196
Protection de la santé (solution de branche MSST)
La CPPC est l’administration centrale de la solution de la branche55. Sur demande, la CPPC peut soutenir financièrement la solution de la branche 55.

La directive no 6508 de la « Commission fédérale de coordination sur la sécurité au travail » (CFST) soumet l'employeur, conformément à l'Ordonnance fédérale sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles (OPA), à l'obligation de faire appel à des médecins du travail et à d'autres spécialistes de la sécurité au travail lorsque la protection de la santé des travailleurs et leur sécurité l'exige (art. 11A OPA).
La solution de branche élaborée par la commission instaurée par l’organe responsable pour la prévention des accidents et la protection de la santé et recertifiée le 30 novembre 2016 par la CFST avec le certificat N° BLZ-2016-5502 (CFST no 55) pour la branche du carrelage et de la poêlerie-fumisterie s'applique dans toutes les entreprises conformément aux articles 2.1 et 2.2. La solution de branche MSST complète la réglementation légale sur l'obligation de faire appel à des spécialistes dans le sens de l'article 11b, al. 1 OPA et du chiffre 2.5 de la directive 6508.

Devoirs de l'employeur
L'employeur est tenu d’identifier les risques dans son entreprise, de prendre des mesures appropriées pour la sécurité au travail et la protection de la santé dans son entreprise et de les contrôler périodiquement.
A l'aide du manuel de la solution de branche MSST et de sa liste des dangers, de ses checklists et de ses mesures, chaque employeur doit assumer la responsabilité de prévenir de manière systématique les risques spécifiques au métier de carreleur et de poêlier-fumiste.
Les travailleurs doivent être informés à temps et globalement sur les mesures concernant la mise en oeuvre de la solution de la branche55.

Devoirs de l'employé
L'employé est tenu d'observer les règles et les recommandations de l'employeur pour la protection de la santé et la sécurité au travail, et de contribuer activement à leur application.
Les collaborateurs désignés par l'employeur doivent suivre la formation de « personne de contact sécurité » (PERCO) et remplir les obligations incombant à ces tâches dans l'entreprise.

Exception
Les entreprises suivant le modèle subsidiaire prévu par la directive CFST 6508 sont exemptées des articles 11.1.1 – 11.1.4.



Article 11.1
Junge Arbeitnehmende
11196
Vacances
Jeunes jusqu'à la 20e année révolue: 25 jours ouvrables


CO 329a+e
Ferien
11196
Catégorie d'âgeNombre de jours de vacances par année civile
Jeunes jusqu'à la 20 année révolue 25 jours ouvrables
Travailleur à partir 20 ans révolus 25 jours ouvrables
Travailleur à partir de 50 ans révolus 27 jours ouvrables

Commencement des vacances, durée des vacances, jours fériés pendant les vacances
L'employeur et le travailleur doivent convenir en temps utile du commencement des vacances. Les dispositions suivantes s'appliquent :
Au moins deux semaines de vacances successives doivent être prises selon son choix par le travailleur et le reste entre Noël et le Jour de l’An ou dans une période calme pour l'entreprise. Les vacances doivent être fixées de bonne heure par consentement mutuel.

Les jours fériés payés tombant pendant les vacances ne sont pas considérés comme des jours de vacances.


Le congé maternité ne donne pas droit à une réduction du droit aux vacances.

Article 6.2
Bezahlte Feiertage
11196
Le travailleur a droit à l’indemnisation de 9 jours fériés fédéraux, cantonaux et locaux pour autant que ceux-ci tombent sur des jours ouvrables. Sont indemnisés le 1er août ainsi que les jours fériés cantonaux (au maximum 8). Le siège de l’entreprise est déterminant. Les jours fériés sont à déterminer en début de chaque année civile par l’employeur.

Article 6.3
Bezahlte arbeitsfreie Tage (Absenzen)
11196
OccasionJours payés
Naissance de ses propres enfants 1 jour
Décès de ses propres enfants, de son conjoint, compagnon ou de ses parents 3 jours
Décès de frères et soeurs ou de beaux-parents 2 jours
Propre mariage 1 jour
Inspection d'armes et équipement, pour autant qu’il soit possible de travailler l’autre demi-journée ½ journée
Recrutement pour l'armée suisse selon ordre de marche jusqu'à 3 jours
Déménagement pour les travailleurs ayant leur propre ménage et dont les rapports de travail durent depuis plus d’un an et ne sont pas résiliés, une fois en l’espace de 3 ans 1 jour

Article 7.5
Spesenentschädigung
11196
Sorte de fraisIndemnité
Indemnisation du repas de midiForfait de CHF 250.--/mois ou CHF 18.--/repas
Frais de transportCHF -.70/km

Les frais nécessaires des travailleurs qui se déplacent pour le service extérieur doivent être remboursés selon les règles prévues ci-après.

Indemnisation du repas de midi
L'employeur verse à son employé une indemnité pour les repas pris à l'extérieur.
Le montant des indemnités pour les repas de midi est fixé à l'annexe 1.
En accord avec l'employé, l'employeur peut choisir entre deux variantes selon l’annexe 1 pendant la durée de la CCNT :
a) un forfait mensuel
b) une indemnité par repas.

Pour le forfait mensuel selon la variante a), chaque jour non travaillé (excepté les vacances ou les jours fériés) peut faire l'objet d'une déduction de CHF 11.50.
L'indemnité selon la variante b) n'est due que si le retour de l'employé travaillant à l'extérieur vers son lieu habituel de repas (siège de l'entreprise) n'est pas possible, si le repas est pris dans un restaurant ou une cantine, et si l'employé fournit à l'employeur une quittance pour ce repas.
La variante choisie vaut au moins pour une année civile (de janvier à décembre).

Travail à l'extérieur de l'entreprise
Si un retour quotidien au domicile n’est pas possible ou raisonnable, l’ensemble des frais doit être pris en charge par l’employeur à partir du siège de l’entreprise pour le trajet, les repas et les nuitées sur présentation des justificatifs. En cas d'utilisation du véhicule du travailleur ou des transports publics, un aller et un retour par semaine doivent être payés par l’employeur.



Transports publics
En cas de travail à l’extérieur de l’entreprise, l’employeur doit prendre à sa charge l’ensemble des frais occasionnés par les transports publics locaux à partir du siège de l'entreprise.

Frais de transport
Si, sur ordre de l'employeur et en accord avec l'employé, celui-ci doit employer son propre véhicule à moteur, cette prestation doit être indemnisée pour la distance calculée à partir du siège de l'entreprise et/ou de l’entrepôt. En revanche l'indemnisation n'est pas due si le trajet entre le domicile de l'employé et son chantier est inférieur à celle séparant son domicile du siège ou de l'entrepôt de son entreprise.
L'indemnisation s'élève à CHF 0.70 par kilomètre. Selon la place disponible, d'autres collaborateurs de l'entreprise doivent être emmenés. Par consentement mutuel, une somme forfaitaire mensuelle peut être convenue pour le partage des frais de transport

Article 9; Annexe 1: 1.2
Nachtarbeit / Wochenendarbeit / Abendarbeit
11196
Temps de travailSuppléments de salaire
travail de nuit un jour de la semaine entre 20h00 et 06h00100%
travail de nuit à deux ou plusieurs jours consécutifs de la semaine de la 20 heures à 6 heures50%
les samedis de 15h00 à 20h00 (uniquement applicable si les 47 heures de travail hebdomadaire ont déjà été atteints et n’ont pas été cumulés aux 25% de temps supplémentaire)50%
les dimanches et jours fériés100%
Les suppléments de salaire doivent être mentionnés séparément.

Article 6.1.10
Militär- / Zivil- / Zivilschutzdienst
11196
Pendant le service militaire, service civile et de protection civile suisses obligatoires en temps de paix, les indemnités suivantes sont versées par rapport au salaire mensuel:

Pendant l'école de recrues en tant que recrue :
QuiIndemnité
pour les célibataires sans obligation d'entretien50% du salaire
pour les personnes mariées et les célibataires avec obligation d'entretien80% du salaire

Pendant l'école d'officiers et le paiement de galons :
QuiIndemnité
Pour les célibataires sans obligation d'entretien50% du salaire
Pour les personnes mariées et les célibataires avec obligation d'entretien80% du salaire

Pendant d’autres prestations du service militaire jusqu'à 4 semaines dans la même année civile :
QuiIndemnité
Pour les employés sous contrat depuis moins d'un an, jusqu'à trois semaines100% du salaire
Pour les employés sous contrat depuis plus d'un an, jusqu'à quatre semaines100% du salaire
dès la 5e semaine50% du salaire

Conditions d'octroi
Le droit à une indemnité existe conformément à l'art. 7.6.1 dans la mesure où les rapports de travail avant l’appel au service militaire ou de protection civile ont duré plus de trois mois ou ont été conclus pour plus de trois mois (art. 324a 1 CO).

Prestations des APG
Pour autant que les prestations des allocations pour perte de gain (APG) dépassent l’indemnisation de l’employeur conformément à l’art. 7.6.1, celles-ci reviennent au travailleur.

Article 7.6
Krankheit
11196
Maladie:
Assurance d’indemnité journalière en cas de maladie et prestations salariales
L'employeur affilié (...) doit assurer son personnel pour des indemnités journalières en cas de maladie.

Assurance d’indemnité journalière en cas de maladie – Principe
L'assurance d’indemnité journalière en cas de maladie doit prévoir une indemnité journalière conforme à la LAMal d'au moins 80% du salaire déterminant pour la SUVA. La durée du droit s'élève à 730 jours dans une période de 900 jours consécutifs. Le délai d'attente doit être fixé à 30 jours au maximum.

la règle suivante est applicable :
– L'employeur doit au travailleur au moins 80% du salaire à partir du 2e jour
– Le travailleur doit présenter spontanément un certificat médical à partir du 2e jour d'incapacité de travail.

Versement des primes
Conformément au paragraphe 11.2.1, les primes de l'assurance d’indemnité journalière en cas de maladie sont versées par l’employeur. La prime est répartie à parts égales entre l’employeur et le travailleur.

Article 11.2
Vollzugsbeiträge / Weiterbildungsbeiträge
11196
Contributions du travailleur
La contribution du travailleur s'élève à CHF 25.-- et CHF 5.-- pour les personnes en formation par mois et est déduite du salaire par l’employeur. La déduction est due en totalité pour chaque mois entamé.

Contributions de l'employeur.
La contribution de l'employeur s'élève à 0.5% de la masse salariale de la SUVA, mais à au moins CHF 500.-- par an.
Ce forfait annuel pour les entreprises qui ne sont pas en permanence actives dans le champ territorial est arrondi à un forfait mensuel de CHF 41.70 (CHF 500.-- divisés par 12 mois).

Article 10.1
Arbeitnehmervertretung
11196
Syndicat Unia
Syna – le syndicat
Arbeitgebervertretung
11196
ASC Association Suisse du Carrelage
feusuisse Association des Poêliers-fumistes, Carreleurs et Conduits de fumée
Kaution
11196
Aux fins de garantir (…) les contributions aux frais d’exécution, et de satisfaire aux exigences conventionnelles des Commissions professionnelles paritaires régionales et centrale (CPPR et CPPC) pour le carrelage et la poêlerie-fumisterie, chaque employeur qui exécute des travaux du champ d’application est tenu de déposer auprès de la Commission professionnelle paritaire centrale des sûretés se montant au maximum à CHF 10'000.--, ou l’équivalent en euros.

Les sûretés peuvent être fournies en espèces ou sous forme de garantie irrévocable d’une banque ou d’une compagnie d’assurance soumise à la FINMA. Le droit de retrait en faveur de la CPPC est à régler avec la banque ou la compagnie d’assurance, et l’emploi doit en être spécifié. Les sûretés déposées en espèces seront placées par la CPPC sur un compte bloqué et rémunérées au taux d’intérêt fixé pour ce type de comptes. Les intérêts restent sur le compte et ne sont versés qu’à la libération des sûretés, après déduction des frais administratifs.

Montant des sûretés
Les entreprises sont exonérées de l’obligation de verser des sûretés lorsque le volume financier du mandat (montant dû en vertu du contrat d’entreprise) est inférieur à CHF 2'000.--. Cette exonération
est valable pour une année civile. Lorsque le volume des mandats varie entre CHF 2'000.-- et CHF 20'000.-- par année civile, le montant des sûretés à fournir s’élève à CHF 5'000.--. Si le volume des commandes excède CHF 20'000.-- par année civile, les sûretés à déposer correspondent à l’intégralité des CHF 10'000.--. Si le contrat d’entreprise est inférieur à 2000 francs, il devra être présenté à la CPPC.

Mandat dèsMandat jusqu'àSûretés
CHF 2'000.--Pas de sûretés
CHF 2'000.--CHF 20'000.--CHF 5'000.--
CHF 20'000.--CHF 10'000.--

Exigibilité
Les sûretés ne doivent être versées qu’une seule fois sur le territoire de la Confédération. Elles sont imputées sur les éventuelles sûretés à fournir en vertu d’autres conventions collectives de travail déclarées de force obligatoire. Il incombe à l’employeur de faire la preuve que les sûretés sont déjà déposées, et de coucher cela par écrit.

Utilisation
Les sûretés servent au remboursement des prétentions dûment justifiées des Commissions professionnelles paritaires (CPPR et CPPC) dans l’ordre suivant:
1. paiement des peines conventionnelles, des frais de contrôle et de procédure ;
2. paiement (…) des contributions aux frais d’exécution conformément à l’art. 10 CCNT.

Saisie des sûretés
Si la CPPR constate que l'employeur a violé des dispositions garanties par les sûretés selon l'article 1.1 de l'annexe 2, elle lui communique le montant des sommes dues à la CPPR, motifs à l’appui, et lui accorde un délai de 10 jours pour prendre position. Après échéance de ce délai, la CPPR adresse à l'employeur sa décision motivée et lui facture les montants dus avec un délai de paiement de 15 jours. Si la somme n'est pas payée dans ces délais, la CPPR peut saisir les sûretés.

Si les conditions de l'article 5.1 sont remplies, la CPPR est autorisée tout simplement à exiger auprès de l'organisme concerné (banque/assurance) le paiement de tout ou partie des sûretés (selon le montant de l'amende conventionnelle et des frais de contrôle et de procédure et/ou le coût des
contributions aux frais d'exécution à couvrir), ou alors d'exiger et d'exécuter le paiement en recourant aux sûretés déposées en espèces.

Après avoir mis à exécution la saisie des sûretés, la CPPR informe l'employeur par écrit dans un délai de 10 jours de la date et de l’ampleur de la saisie des sûretés. Simultanément, elle présente à l'employeur sous la forme d'un rapport écrit les motifs de la saisie et détaille la composition du montant prélevé.

En cas de saisie des sûretés, la CPPR doit signaler à l'employeur par écrit qu'il peut recourir contre cette saisie en saisissant le tribunal compétent au for juridique de la CPPR. Ces voies judiciaires sont régies exclusivement par le droit suisse.

Reconstitution des sûretés
L’entreprise est tenue de reconstituer les sûretés utilisées dans les 30 jours ou avant d’entamer toute nouvelle activité dans le champ d’application de la déclaration de force obligatoire.

Libération des sûretés
Les employeurs qui ont fourni des sûretés peuvent demander leur libération par écrit dans les cas suivants :
a) si l’entreprise établie dans le champ d’application de la déclaration de force obligatoire a définitivement cessé (en droit et en fait) son activité dans les branches du carrelage et de la poêlerie-fumisterie;
b) dans le cas des entreprises détachant des travailleurs, au plus tôt six mois après la fin du contrat d’entreprise dans le champ d’application de la déclaration de force obligatoire;
Dans les cas susmentionnés, les conditions cumulées suivantes doivent être remplies:
a) les prétentions conventionnelles telles qu’amendes conventionnelles, frais de contrôle, de procédure et contributions aux frais d’exécution sont payées dans les règles;
b) La CPPR et/ou la CPPC n’a constaté aucune violation des dispositions de la CCNT et toutes les procédures de contrôle sont achevées.

Gestion des sûretés
La CPPC est autorisée à déléguer la gestion des sûretés partiellement ou en totalité.

For juridique
En cas de litige, les tribunaux ordinaires compétents sont au siège de la CPPC, à 6252 Dagmersellen. Seul le droit suisse est applicable.

Annexe 2: Sûretés
Schlichtungsverfahren
11196
Les CPPR jugent en première instance, sur demande de l'employeur ou du travailleur concerné, tous les litiges entre l'employeur et ses travailleurs d'une parte, et d'autre part elles décident de la conclusion, de la teneur et de l'achèvement des contrats de travail.

Article 3.1.3
Aufgaben paritätische Organe
11196
Les commissions paritaires de la CCNT sont compétentes pour effectuer le contrôle de ces dispositions étendues.

La Commission professionnelle paritaire centrale (CPPC) :
Il existe une Commission professionnelle paritaire centrale (CPPC).


Commissions professionnelles paritaires régionales (CPPR) :
Dans les territoires auxquels s’applique la convention, il y a des Commissions professionnelles paritaires régionales (CPPR). Les CPPR veillent au respect et à l'exécution correcte des dispositions de la convention collective de travail

Conformément à l'art. 357 b al. 1 CO, la CPPC et les CPPR assument les tâches et compétences particulières suivantes :
1. La réalisation du droit de faire constater la violation d'une convention collective.
2. Le contrôle dans les entreprises et aux postes de travail du respect des dispositions normatives de la convention collective de travail.
3. Le prononcé et l'encaissement des amendes conventionnelles ainsi que la répercussion des frais de procédure et de contrôle en résultant.
4. Les entreprises enfreignant les dispositions de la CCNT sont dénoncées aux autorités (...).
5. Contre des décisions de la CPPR, un employeur ou un travailleur assujetti peut remettre une opposition écrite et motivée à la CPPC dans les 20 jours à partir de la notification. L'opposition doit comprendre une motivation et une requête.
6. Il incombe à la CPPC de faire valoir le droit à la contribution aux frais d'exécution.

Article 3.1; Arrêté étendant le champ d'application: article 2.4
Folge bei Vertragsverletzung
11196
Amendes conventionnelles :
Tant la CPPC que les CPPR peuvent infliger une amende conventionnelle à l’employeur ou au travailleur qui enfreint les engagements de la convention collective de travail. L’amende doit être payée dans un délai d’un mois à partir de la notification de la décision.
a) L’amende conventionnelle doit être fixée principalement de manière à dissuader l’employeur ou le travailleur contrevenant d’enfreindre à nouveau la convention collective de travail. Dans des cas spécifiques, l'amende peut dépasser la somme des prestations pécuniaires non accordées aux employés.
b) Son importance se mesure selon les critères cumulatifs suivants :
1. Le montant des prestations pécuniaires déniées par l'employeur à son travailleur ;
2. L’infraction aux dispositions non-pécuniaires de la convention collective de travail, en particulier à l’interdiction du travail conformément à l'article 12 ;
3. La réalisation, partielle ou intégrale, de ses obligations par l'employeur ou le travailleur contrevenant mis en demeure (...);
4. La nature unique ou répétée de l’infraction, ainsi que la gravité des infractions aux diverses dispositions de la convention collective de travail ;
5. La récidive de violations de la convention collective de travail ;
6. La taille de l'entreprise ;
7. La question de savoir si le travailleur fait valoir ses droits individuels par rapport à un employeur contrevenant de son propre chef et/ou si l’on doit s'attendre à ce qu'il le fasse dans un proche avenir.
8. Qui enfreigne l’art. 3.1.4, 10.1.7 ou 13.1 et/ou ne collabore pas est sanctionné par une amende conventionnelle pouvant aller jusqu’à 10 000 francs.
c) Si la comptabilisation du temps de travail effectué ne correspond pas aux directives de la convention collective de travail (art. 6.1.0), l’amende conventionnelle peut aller jusqu’à 10'000 francs.
d) Si une entreprise n'applique par l'article 11.1 (directive CFST 6508), une amende conventionnelle pouvant aller jusqu'à 5000 francs est prononcée.
e) Lors d’infraction à l’interdiction du travail au noir et à la tâche conformément à l'art.12, une amende conventionnelle maximale de 50 000 francs par ouvrage est prononcée pour l’employeur et/ou le travailleur.
f) Dans le cas d'obstruction au contrôle du livre des salaires, en particulier lorsque l'exécution conforme et dans les délais du contrôle se trouve entravée, une amende conventionnelle allant jusqu’à 10 000 francs est prononcée.
g) L'employeur qui ne fournit pas, ou pas conformément aux usages requis, les sûretés prévues aux dispositions de l'annexe 2, se voit infliger une amende conventionnelle pouvant aller jusqu'au montant des sûretés.
h) Grille d’évaluation du degré d’infraction aux dispositions de la CCNT :
– Salaire inférieur jusqu'à 2.5 % infraction légère
– Salaire inférieur jusqu'à 2.6 – 6 % infraction moyenne
– Salaire inférieur de plus de 6 % infraction grave

Frais de contrôle
Outre l’amende conventionnelle, tant la CPPC que la CPPR peuvent infliger à l’employeur et/ou au travailleur dont le contrôle a révélé la non-observation d’obligations de la convention collective de travail les frais de contrôle en résultant et les frais étayés par des justificatifs (pour les frais des contrôleurs ainsi que de la CPPC et de la CPPR).

Frais de procédure
Tant la CPPC que la CPPR peuvent imposer les frais de procédure (…) employeur et/ou au travailleur qui n’a pas respecté les dispositions de la convention collective de travail.

Articles 3.1.5 – 3.1.7
Persönlicher Geltungsbereich
11196
S’applique aux travailleurs occupés dans les entreprises précitées au sens de l’alinéa 2.1, indépendamment de leur travail et du mode de rémunération.

Ne sont pas concernés:
a) l’employeur;
b) les cadres ayant une fonction dirigeante avec droit de signature enregistré ;
c) le personnel administratif, commercial et technique ;
d) les membres de la famille de l'employeur en ligne directe (parents et enfants), ainsi que des partenaires enregistrés collaborant au sein de l'entreprise.

Article 1.3
Allgemeinverbindlich erklärter betrieblicher Geltungsbereich
11196
Les dispositions déclarées de force obligatoire de la convention collective nationale de travail (CCNT) pour la branche du carrelage et de la poêlerie-fumisterie s’appliquent à toutes les
employeurs (entreprises et parties d'entreprises) de la branche du carrelage et de la poêlerie-fumisterie. Sont visées les entreprises et parties d’entreprises qui exécutent des travaux de carrelage à l'intérieur et à l'extérieur, de revêtements en mosaïque, en pierre naturelle et artificielle à l'intérieur et à l’extérieur ou qui procèdent à leur nettoyage final et/ou qui exécutent des travaux de poêlerie-fumisterie, c’est-à-dire qui fabriquent ou rénovent des chauffages de l’habitat exploités au bois ou avec d’autres combustibles.

Sont exclues les entreprises ou parties d’entreprises qui peuvent démontrer qu'elles sont soumises ou se sont soumises à la Convention nationale pour le secteur principal de la construction en Suisse (CN).

Arrêté étendant le champ d'application: article 2.2
Kurzinfo Geltungsbereich
11196
Remplace le ancien CCT "pour le carrelage des régions de AG, AI, AR, BE, GL, GR, LU, NW, OW, SH, SZ, SO, SG, TG, UR, ZG et ZH"
Allgemeinverbindlich erklärter persönlicher Geltungsbereich
11196
Les clauses étendues s'appliquent aux travailleurs occupés dans les entreprises ou parties d’entreprises précitées au sens de l'alinéa 2.

Ne sont pas concernés:
a) le patron d’une entreprise;
b) les cadres ayant une fonction dirigeante avec droit de signature enregistré;
c) le personnel administratif, commercial et technique;
d) les membres de la famille de l'employeur en ligne directe (parents et enfants), ainsi que des partenaires enregistrés collaborant au sein de l'entreprise.

Les dispositions étendues de la CCNT relatives aux conditions minimales de travail et de salaire, au sens de l'art. 2 al. 1 de Loi fédérale sur les mesures d'accompagnement applicables aux travailleurs détachés et aux contrôles de salaires minimaux prévus par les contrats-types de travail, et des art. 1 et 2 de son ordonnance sont également applicables aux employeurs ayant leur sièges en Suisse, mais à l'extérieur du champ d'application géographique défini par l'al. 1, ainsi qu'à leurs employés, pour autant qu'ils exécutent un travail dans ce champ d'application.

Arrêté étendant le champ d'application: articles 2.3 et 2.4
Örtlicher Geltungsbereich
11196
S’applique à toute la Suisse, à l’exception des cantons FR, BS, BL, VD, VS, NE, GE, TI, JU.

Article 1.1
Betrieblicher Geltungsbereich
11196
Carrelage
Les dispositions s’appliquent à toutes les entreprises et parties d’entreprises qui exécutent des travaux de carrelage à l’intérieur et à l’extérieur, des revêtements en mosaïque, en pierre naturelle et artificielle à l’intérieur et à l’extérieur, ou procèdent à leur nettoyage final.

Sont exclues les entreprises ou parties d’entreprises qui peuvent démontrer qu’elles sont soumises ou se sont soumises à la Convention nationale pour le secteur principal de la construction en Suisse (CN).

Poêlerie-fumisterie
Les dispositions s’appliquent à toutes les entreprises et parties d’entreprises de la branche de la poêlerie-fumisterie.

Article 1.2
Allgemeinverbindlich erklärter örtlicher Geltungsbereich
11196
La déclaration de force obligatoire est prononcée pour toute la Suisse, à l’exception des cantons de Fribourg, Bâle ville, Bâle campagne, Vaud, Valais, Neuchâtel, Genève, Tessin et Jura.

Arrêté étendant le champ d'application: article 2.1
Kontakt paritätische Organe
11196
CPPC Commission professionnelle paritaire centrale casselage et poêlerie-fustimerie
Case postale 2
6252 Dagmersellen
062 748 42 56
zpbk@lgav-platten-ofen.ch
Kontakt Arbeitnehmervertretung
11196

Unia:
Manuela Zürcher
044 295 15 28
manuela.zuercher@unia.ch

Automatische Vertragsverlängerung / Verlängerungsklausel
11196
Si la convention n'est dénoncée par aucune des parties contractantes trois mois avant l’échéance (31.12.2020), elle est prolongée tacitement d’une année.

Article 15.3
Archivierte Versionen
Edition Publiziert auf gavservice.ch am: Gültigkeit
3.11196 08.12.2020 11.02.2021
3.11196 08.12.2020 15.06.2021
3.11121 08.12.2020 01.01.2021
Edition Publiziert auf gavservice.ch am: Gültigkeit
2.10588 01.01.2020 05.08.2020
2.10588 01.01.2020 15.06.2021
2.10339 01.01.2020 24.07.2020
2.10101 01.01.2020 10.07.2020
2.9951 01.01.2020 10.07.2020
2.9935 01.01.2020 04.06.2020
2.9711 01.01.2020 17.01.2020
2.9629 01.01.2020 01.01.2020
Edition Publiziert auf gavservice.ch am: Gültigkeit
1.10590 01.07.2018 30.03.2020
1.10590 01.07.2018 15.06.2021
1.10337 01.07.2018 30.03.2020
1.9712 01.07.2018 17.01.2020
1.9617 01.07.2018 23.12.2019
1.9575 01.07.2018 05.08.2019
1.9199 01.07.2018 17.07.2018
1.8598 01.07.2018 16.07.2018
1.8596 01.07.2018 09.07.2018
1.8587 01.07.2018 01.07.2018